Apocalypse sur l’Univers (11) : tout est mémoire

Cet article ne peut se comprendre qu’après avoir compris les 10 premiers articles de cette série…

Tout est mémoire

Toute chose se rétractant et laissant une trace ondulée presque immobile dans l’infiniment grand, on peut dire que tout est mémoire. Le Soleil offre la trace de sa vie à l’Univers qui l’entoure et qui en garde la mémoire.

Les riens infiniment petits dans le vide infini, attirant en eux la trace ondulatoire, la rétractant, l’étirant, la décalant dans le temps, on peut dire qu’ils sont aussi la mémoire de leur environnement.

Tout est mémoire dans l’infiniment grand, comme dans l’infiniment petit.

Tout n’est que mémoire.

Pourra-t-on lire un jour cette mémoire, cet enregistrement du réel ?

Nous le souhaitons, car, cette vérité là, ne sera pas falsifiable.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *